Journey Into Mystery

Journey Into Mystery

"Laisse nous prendre la route ensemble
quand la nuit est si proche de la terre qu'elle en tremble."

Un voyage c'est bien des étapes et des rencontres. Tout comme la vie qui n'est faite que de joie et de séparation, voici le carnet de bord de Fiddler's Green qui aspire simplement au bonheur de retrouver un être aimé.
Tous ces souvenirs se perdront dans l'oubli,
comme les larmes dans la pluie...
- Blade Runner


"Dieu est un comédien jouant devant un public trop effrayé pour rire"
- Voltaire (1694-1778)


ThinkExist.com Quotes
Locations of visitors to this page
Archives
mars 2003
avril 2003
mai 2003
juin 2003
juillet 2003
août 2003
septembre 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
février 2004
mars 2004
avril 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
mars 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
juillet 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
novembre 2006
décembre 2006
janvier 2007
février 2007
mars 2007

mardi, décembre 30, 2003

Tard le soir
Tout semble figé.
Tout semble en attente.
Tout semble possible.
Jusqu'à ce que l'on s'endorme....

  

In a perfect world
"Dans un monde parfait". Cette expression américaine (et aussi un extraordinaire film de Clint"the champ'" Eastwood) est celle à laquelle je pense en ce moment, mon cher L.
Je sais que tu as tout le loisir de te reposer dans TON monde parfait. Mais ici, alors que j'attends les vacances en me disant "et je vais pouvoir dormir", eh bien me voici condamné pour la 4ème nuit d'affilée à voir mon radio réveil/ordinateur égréner gentiment 3h du matin.....

  

lundi, décembre 29, 2003

...
Cela me rappelle une nouvelle de TEMPS, un recueil de nouvelles co-éditées par Neil Gaiman.
Elle parlait d'un prêtre qui avait un pouvoir: celui d'avoir un grand soleil lors des mariages et de faire pleuvoir lors des enterrements

  

Petits détails
Je me suis levé très tard et je n'avais donc plus qu'une heure pour être prêt.
J'ai mis ma cravate noire, ma veste noire, ma chemise noire. Je me suis rendu compte, trop tard, que mon pantalon noir avait rétréci au lavage. Néanmoins, le tout reste totalement convenable.
C'est évidemment dans ces moments là que les clés de voiture se cachent et refusent d'apparaître. Je les prends et sous une pluie battante je fais les quelques kilomètres qui me séparent de ma destination.
Je me gare et je me rends compte que mon porte-clés ramené des USA s'est détaché de ma clé de voiture. En d'autres circonstances, cela m'aurait fait pester et hurler, mais pas aujourd'hui.
Il fait froid, il pleut et nous sommes tous habillés de noir.
L'organiste n'est pas bon, ratant plusieurs notes. Le discours du prêtre n'est guère inspiré. Mais qu'importe.
Une heure plus tard, nous sommes à nouveau dans la pluie et la neige fondue, marchant au pas jusqu'au cimetière. A côté de notre colonne trois adolescentes rient aux éclats. Nous observons les tombes en attendant de jeter les dernières fleurs. Sur l'une, le défunt est né en 22 et mort en 99 pour 77 ans de vie. Etrange clin d'oeil arithméthique.
Nous nous sommes retrouvés tous ensemble dans la salle des fêtes où nous avons parlé avec joie et tristesse de tout et de rien.
Puis nous avons recommencé en plus petit comité, dans sa maison.
Ce fut tout.

  

vendredi, décembre 26, 2003

Un noël blanc..
Ca fait longtemps que L. en rêvait....

  

Lendemain de fête...
Le jour se lève à nouveau et les cadavres fumants des plats qui ont servis à l'orgie indécentede nourriture ont été retirés...

Cela fait drîole d'entendre son papy dire qu'il a vu Winston Churchill et que la Reine Elizabeth voulait venir lui serrer la main, (à papy et ses collègues) mais que leur supérieur a refusé car la toilette des hommes n'avait pas eu lieu...

La faute de goût du jour vient de LCI/canal + qui met la musique de 6 feet under sur un reportage concernant les 10000 morts de la clavicule..

L'oreille de la journée revient à celle de Gollum qui s'est cassée sans que je la retrouve..

La malchance du jour me revient: je n'ai pas gagné la cagnotte de 7 (ou 147 je ne sais plus..:-D) millions d'euros du 24 décembre...
Mais bon, me voilà avec un beau fauteuil pour passer des heures sur mon blog..

Noël est parti, reste plus qu'à s'occuper du jour de l'an...


  

jeudi, décembre 25, 2003

C'est quand même mignon
De s'enfermer avec le dernier petit cousin car le Père Noël vient de sonner à la porte, d'entendre les adultes coplices lui dire bonjour et au revoir...

C'est moins mignon quand la statue de Gollum est impossible à retirer sans déchirer la boïte ce qui a amené une perte de son oreille.

C'est moins mignon aussi quand un chat est dans une maison et qu'il n'est pas désiré...

C'est bien de voir que le temps passe. Qu'il y a un an jour pour jour, ce n'était pas les rires du plus petit cousin dans cette pièce, mais les larmes du plus grand.
L. quittait son ancien domaine et faisait son balluchon ce jour là.
Un an et plusieurs vies se sont écoulés...

  

mercredi, décembre 24, 2003

Esprit de Noel....cette fois?
Et si on se mettait au bookcrossing...

Dans cette esprit de Noel où tant de choses peuvent arriver..Mais bon, mieux vaut laisser son livre dans une FNAC, si possible multimédia...

Et le lien c'est un petit cadeau pour miss Utena

  

mardi, décembre 23, 2003

Esprit de Noel, mon....!!
Etrange journée que celle-ci...
Tout d'abord, plus de pression pour prendre ma douche alors que je suis "un peu" pressé: un train part à 30 km de Misery et je dois y déposer quelqu'un.
Je me précipite ensuite dans ma voiture, il me reste 30 minutes pour rejoindre la gare avec de l'essence à prendre. Les Dieux sont contre moi là-dessus.
Alors que nous nous engageons sur la seule rue qui m'emmène vers l'autre cité, tout se bloque. Car cette même rue est habitée par un minuscule rond-point où poids lourds et autres véhiculeslents/imposants/en panne passent, bloquant donc toute la circulation!
Maudissant le ou les crétins responsables de cela, pensant à ce train raté (sans avoir pu quitter Misery!) je rentre donc remettant à quelques heures ce voyage.
Toujours en train de maugréer alors que je charge les affaires du cool cat dans la voiture, quelqu'un qui manifestement me connaît, me souhaite de joyeuses fêtes, me demandant si je partais en vacances..J'ai donc répondu le plus naturellement du monde, comme si je parlais à une vieille connaissance pendant deux minutes..La personne est partie avec un grand sourire et sans le savoir (et je la remercie) avec un grand morceau de ma mauvaise humeur...

  

vendredi, décembre 19, 2003

Terminus!
Tout le monde descend.
Les vacances, plus d'élèves, plus de cours, juste le calme, le temps de pouvoir se retrouver..Le blog part lui aussi en vacances pour quelques temps, c'est à dire avec quelques posts irréguliers... Mais je ne serai jamais loin de L...Et voici le programme en image..
J'aimerai pouvoir mettre en musique le sentiment de quiétude que j'ai en ce moment, à cet instant précis dans le calme de ma demeure de Misery..Je me suis rappelé ce matin une petite anecdocte sur les froides journées de Noël.
Tout petit, il existait les Damart Thermolactyl dont la publicité disait qu'en fait on n'avait plus besoin de vêtements car ils coupaient trop bien du froid. Où tout du moins c'est ce que j'avais compris. En tout cas mon oncle avait du mieux comprendre la pub que moi car quand il m'a vu en plein milieu du jardin par deux degrés, seulement vêtu de ce Damart invincible, je peux vous dire que je ne me suis plus senti invincible du tout et j'ai battu le record du monde du 10 mètres chez les moins de sept ans...

Les Damart n'existent plus, je n'ai plus sept ans, mais à la place un grand sourire en ce moment...

Season Greetings !!!








  

jeudi, décembre 18, 2003

Autre époque
Il est des chansons qui ont quelque chose. Pour peu que vous soyez par une certaine forme de fantastique (la Dark Horror Fantasy entre autre) et à l'écoute de ces chansons, un cerveau s'agite et bouillonne....

Je m'imagine en train de dire:
"Vous vous réveillez. Encore une nuit. Une nuit de plus, un autre tour de la terre sur elle même dans cette univers vide et dénué de sens. La ville se pare de ses dominos de lumière. La lune se reflète sans âme sur la chaussée mouillée et vous sentez la chaleur de la journée qui peu à peu disparaît dans l'oubli de la nuit. Un autre monde, une autre faune: celle qui est désormais la votre depuis si longtemps. Avec le ciel pour témoin, vous engouffrez dans cette nouvelle nuit.

Cette chanson c'est "I just want something I can never have", une des meilleures de Trent Reznor.

I still recall the taste of your tears
echoing your voice just like the ringing in my ears
my favorite dreams of you still wash ashore
scraping through my head 'till i don't want to sleep anymore

You make this all go away
you make this all go away
I'm down to just one thing
and i'm starting to scare myself
you make this all go away
you make this all go away
I just want something
I just want something i can never have

You always were the one to show me how
back then I couldn't do the things that I can do now
this thing is slowly taking me apart
grey would be the color if I had a heart
come on tell me

You make this all go away
you make this all go away
I'm down to just one thing
and i'm starting to scare myself
you make this all go away
you make this all go away
I just want something
I just want something i can never have

In this place it seems like such a shame
though it all looks different now,
I know it's still the same
everywhere i look you're all i see
just a fading fucking reminder of who i used to be
come on tell me

You make this all go away
You make this all go away
I'm down to just one thing
and i'm starting to scare myself
You make this all go away
You make it all go away
I just want something
I just want something i can never have
I just want something i can never have

  

mercredi, décembre 17, 2003

How time flies...
C'est vraiment le cas de le dire. Un siècle depuis que deux frères ont fait trois cent mètre dans leur "avion". En un siècle? Eh bien l'homme est allé sur la lune, on peut prendre des photos avec son téléphone, on peut voir quelqu'un qui est l'autre bout du monde quand il vous parle, on mettait trois heures à se déplacer de Paris à New York.

Je reparle encore une fois de magie.....






PS: mais on sait toujours soigner un rhume...

  

lundi, décembre 15, 2003

Aujourd'hui
C'est un anniversaire. Heureux ou joyeux, je suis incapable d'amener une réponse. Je ne sais pas d'ailleurs s'il en existe une définitive ou satisfaisante.

J'ai toujours un millier de théories sur un millier de choses mais là, je ne sais que dire et surtout, je ne sais que penser.

Je tire le rideau pour aujourd'hui..


  

dimanche, décembre 14, 2003

Plus gros, c'est mieux..
n'est-ce pas?

  

Installation de la déco....



  

La rencontre
L. n'était plus qu'à quelques pas de ce mystérieux port. Derrière lui, le long ruban clair de la plage formait une étrange route dans le bleu de la nuit.
Alors qu'il s'approchait de l'unique ponton dont le bois craquait sous le doux ressac, il contemplait , découpant la lune, l'impressionnante silhouette d'un trois-mâts à la proue fièrement dirigée vers l'horizon.

Des hommes le chargeaient silencieusement, telles les ombres qu'il apercevait depuis son arrivée dans le Pays, ombres qui le fuyait dès qu'il les approchait.
Non loin du ponton, une auberge aux murs épais étouffait encore pour quelques minutes les bruits des passagers qu’elle accueillait pour cette direction inconnue.

L. était maintenant à quelques mètres du ponton et nul ne semblait faire attention à lui. Le long balai des marins au dos courbé et portant leur chargement se continuait devant lui.

Que portaient-ils? Où allaient-ils? Il tenta de se mettre sur le chemin du premier d'entre eux. Celui-ci fit un pas de côté et poursuivit son chemin.
Tous pourtant, lui semblaient familiers….Le premier baiser volé…Il se dirigea alors vers l’auberge, mais (comme à chaque fois qu’il allait vers un lieu habité), celle-ci devint moins tangible, impossible à atteindre, s’éloignant sans cesse, comme dans un rêve où tout vous échappe.
L. sourit à cela. Tout aurait été trop simple.
Il se retourna : le navire avait déjà appareillé et, voiles claquant au vent, il se séparait déjà du ponton……l’odeur de ce gâteau sortant du four…
L. se précipita vers lui.. Arrivé au bout du ponton, il contempla la gigantesque coque qui passait silencieusement devant lui ..
Des passagers le regardaient….le sourire d’un vieillard devant l’enfant qui passe, tenant la main de sa mère..
Il devina qu’ils lui souriaient et leur fit machinalement signe. L’un d’entre eux lui répondit. Son visage lui était familier. Où l’avait-il vu ? ….Une soirée, la joie d’une rencontre impromptue, la légèreté d’une nuit qui ne finit jamais .. Ils avaient tous ce sourire, cet étrange sourire de quelqu’un qui vous quitte. Ce mélange amer de la joie de ce qui a été et la tristesse de ce qui ne sera plus. …le vide sous ses pieds quand il a appris sa mort…
Il comprit alors.

En un éclair, tout devint lumineux. Ils s’en allait. Vers un autre nulle part, Loin du Pays. Alors qu’il ne fixait plus que la proue et le sillage argenté du navire, il comprit qu’Ils étaient les passagers, la cargaison de ce navire. Bons ou douloureux. Emplis de larmes ou de joie, de triomphes ou de tragédies. Tout ce qui faisait qu’il était L.

Il s’accroupit, contemplant ce spectacle magnifique et effroyable à la fois. Ils ne devaient pas rester ici. Ils n’étaient pas perdus, mais les contempler trop longtemps était trop dangereux pour lui, comme pour eux. Il aurait pu les corrompre, les hanter comme lui les hante parfois.
Il ferma les yeux et se laissa bercer par le bruit de la mer. Ils reviendraient. Ils reviennent toujours. Le vent du Pays les apporte, l’esprit les console et les célèbre.
Il s’endormit paisiblement, étrangement soulagé sachant que là aussi, il les verrait.
Les rêves aussi, à leur propre manière, ramènent les Souvenirs.

..Les ailes dans son dos, quand elle lui a dit oui…

  

Souriez
Quand on roule la nuit et qu'une lumière de flash surgit et disparaît, la seule chose à laquelle on pense c'est : ce n'était pas une photo de mariage et je vais recevoir du courier mardi...

  

jeudi, décembre 11, 2003

Recette d'une bonne soirée
- Free ne marche pas (comme d'hab')
- Plus d'eau chaude
- une tasse explose à moitié dans mon micro-onde..

Je crois que je vais aller au lit...

  

mercredi, décembre 10, 2003

Comment se fait-il?
Me promenant au loin de Misery, j'ai vu beaucoup de Père Noël dans les rues animées de rires d'enfants, de nez rouges et de guirlandes.
Pourtant un détail me chagrine. Sur les quatre sympathiques fournisseurs de cadeaux, la même anomalie: les chaussures.
Non, notre sympa Sandy Claws ne porte pas des chaussures en cuir marron fatiguées d'arpenter cette terre. Non, il ne porte pas de chaussures de sport à la Michael Jordan. Ou des bottes de motard...

Ce que je ne comprends pas c'est que les petits bouts de choux émerveillés peuvent très bien s'en apercevoir vu que c'est quelque chose qui est quasiment à leur niveau... Et bien souvent la mère Noël a lavé un peu trop fort l'uniforme de son mari qui a un peu rétréci..
Et entendre une cible marketing, euh un enfant, dire "Maman, le père Noël il a les mêmes chaussures que tonton", eh bien c'est quand même un peu tuer la magie...

  

lundi, décembre 08, 2003

Un autre signe...
de l'exil. Quand on en d'autres temps, on avait un forfait de 6 heures que l'on dépassait allègrement et que maintenant on n'utilise que 2h30 sur un forfait quatre heures, c'est que VRAIMENT, there's something wrong...

  

Vous aimez le bleu?
L., je viens de trouver une photo du Pays. Je sais qu'en ce moment tu es près de cet étrange port aux navires s'en allant sur la mer de l'Inconnu mais voici donc ce que j'ai trouvé, qui rejoint donc la Bibliothèque..
Tu me diras surement que ce cavalier fait partie des étranges ombres du Pays...




  

dimanche, décembre 07, 2003

Soleil et Magie?
Je sais pourquoi Misery a cet effet sur moi. C'est en me levant ce matin loin de cette ville que j'ai compris: le soleil.
Je ne vois jamais le soleil de ma petite demeure: uniquement sa lumière indirecte. Quand on prend une décision en plein été, il est des choses auxquelles on ne pense pas pour le mois de décembre...

Dans un registre plus joyeux, je suis sûr que la magie existe.

Pouvoir parler à quelqu'un avec un océan nous séparant en est une des manifestations. Et ce par quoi vous me lisez est aussi une forme de magie qui s'est banalisée. Cela relève même parfois de la divinité dirait quelqu'un..
La semaine dernière, une liaison webcam Misery/New york. Pouvoir écouter la radio en direct sur un évènement se passant aux Etats-unis, là dans ma petite pièce peu éclairée, perdue au milieu de nulle part est une forme de magie.
Etre dans un bar à regarder un match et voir mon voisin appeler sa mère dans l'Ohio qui était dans le stade dans lequel se jouait le match que nous regardions à Paris est une forme de magie.¨
Hélas, elle devient un peu plus banale chaque jour et nous en oublionsvoir la merveille que cela représente.

Si Internet avait existé dans l'antiquité, le pauvre coureur parti de Marathon ne serait pas mort pour avertir l'armée des grecs à 49 km de là...

Bien sûr, il s'agit aussi de la première magie qui dit "une erreur est survenue, le programme doit se fermer"..

Si cette magie avait existé plus tôt, Merlin aurait dû s'auto-formater trop de fois pour conseiller Arthur et l'école d'Hogwart aurait déjà brûlé plus d'une fois..

"Votre sort n'est pas compatible avec cette baguette, veuillez consulter votre revendeur.."


  

jeudi, décembre 04, 2003

Bada boum...
L., ton pays est fait de songes et d'histoires. En voici une pour toi:
certains élèves sont enchanteurs, d'autres sont horripilants et certains sont ...spéciaux.
Après l'absence de l'un d'entre eux, j'ai appris ceci: son absence est due à un incendie qui a intégralement détruit sa maison.
Et c'est lui qui a provoqué cet incendie. Et comment? Alors qu'il remettait de l'essence dans sa mobylette, un mégot de la cigarette qu'il fumait (oui, oui tu as bien lu) est tombé et la mobylette a pris feu dans le garage. Alors qu'a-t-il fait? Au lieu de jeter au loin le bidon d'essence, il a jeté celui-ci dans son garage!
Heureusement personne n'a été blessé. Sa soeur a sauté par la fenêtre et ses parents n'étaient pas là.

Il y a des moments (surtout connaissant cette personne), on ne sait s'il faut rire ou pleurer..

  

mercredi, décembre 03, 2003

Quelle convergence..
Oh oui mon cher L., quelle convergence. C'est même parfois Noël avant l'heure.
Le retour du Roi, Harry , Noël...Cela fait partie de ces dates que l'on se fixe et chacun trépigne d'impatience. Paradoxalement, je ne suis pas tant pressé que cela pour le retour du Roi. Une fois revenu, il ne repartira plus et tout se finira...
Ces trois films ont été pour moi des balises. Je me rappelle de ce qui m'arrivait quand Frodo a quitté la Comté; l'état dans lequel j'étais quand Aragorn a défendu le gouffre de Helm.
Tant de temps, tant de vies .... Mon voyage qui n'est pas encore fini, contrairement à celui de Frodo, mais ces trois films seront des repères et des refuges qui ne disparaîtront pas.
Mon excitation est telle que je me revois lorsque je dévorais en cours de troisième le dernier tome ....
il y a quelque chose d'inimitable, et pour cause: la joie de découvrir quelque chose d'extraordinaire pour la première fois.
Mon cher Scallione, tu vas me manquer pour le troisième opus...!! Enjoy it !

  

lundi, décembre 01, 2003

Le magicien avant le roi...
Tu vois, L, je pense qu'il est dans la bibliothèque, ce 'petit" livre.

Eh oui! Ca y est, la version française de notre élève magicien préféré est ici. Je me rappelle à l'époque je connaissais HP sans tout le tapage, les deux premiers tomes étaient sortis dans une très relative discrétion. Puis pour la sortie du troisème, tout a commencé: sortie mondiale et finies les versions livre de poche pour enfant.

L'ordre du phénix (Arizona.. :lol: ) ne fait pas exception: 28 euros pour les petites bourses de nos élèves, ça fait beaucoup quand même ,même si c'est Noel. Aux USA, il était même à 30 dollars.
Mais personne ne semble vraiment s'en offusquer. Surement parce que comparé aux autres livres de ce genre où la campagne de pub est inversement proportionnelle à la qualité, ici on en a pour son argent..welcome back, Harry...