Journey Into Mystery

Journey Into Mystery

"Laisse nous prendre la route ensemble
quand la nuit est si proche de la terre qu'elle en tremble."

Un voyage c'est bien des étapes et des rencontres. Tout comme la vie qui n'est faite que de joie et de séparation, voici le carnet de bord de Fiddler's Green qui aspire simplement au bonheur de retrouver un être aimé.
Tous ces souvenirs se perdront dans l'oubli,
comme les larmes dans la pluie...
- Blade Runner


"Dieu est un comédien jouant devant un public trop effrayé pour rire"
- Voltaire (1694-1778)


ThinkExist Dynamic daily quotation Locations of visitors to this page
free music
Archives
mars 2003
avril 2003
mai 2003
juin 2003
juillet 2003
août 2003
septembre 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
février 2004
mars 2004
avril 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
mars 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
juillet 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
novembre 2006
décembre 2006
janvier 2007
février 2007
mars 2007
avril 2007
mai 2007
juin 2007
juillet 2007
août 2007
septembre 2007
octobre 2007
novembre 2007
décembre 2007
janvier 2008
février 2008

vendredi, février 29, 2008

Que manger ce soir?

Rouen. Week-end.
Oui, je sais ça peut en énerver certains, n'est-ce pas? En ce moment l'envie d'écrire est fluctuante et il faut bien dire, j'ai une certaine paresse à recopier les notes d'Irlande. Ce week end s'annonce agréable, quand les amis absents viennent sonner à votre porte, c'est toujours pour un sourire comme on dit. Les Sushis continuent leur invasion en France avec un nouveau restaurant à Rouen, le Moshimoshi, rue de la République. En fait, nouveau, je ne sais pas vraiment car leur prospectus a déjà des prix modifiés (à la hausse, bien sur) sur les menus et d'autres menus ont un nombre de sushis modifiés (à la baisse, bien sur) et ils ne livrent plus à domicile. Le prix de l'essence surement.
Dans un monde parfait ce produit ne sera plus de luxe et je ne comprends toujours pas ce qui justifie un tel écart de prix avec des pays non hexagonaux.
Il faudra que j'aille faire un tour à celui de Sotteville un de ces jours. Pour rêver de mes futurs voyages..

  

mercredi, février 27, 2008

La piscine n'est pas un long fleuve tranquille
Rouen. Piscine Lacroix.
Ainsi est l'homme: un animal de société qui aime trop la compagnie de l'autre. Surtout dans les couloirs pour nager. Des seniors discutent péniblement et provoquent un embouteillage. Au même moment un fou du dos crawlé vous enfonce une main traînante dans la tête (mais avec mon masque, il a du avoir mal je pense).
Et il y aussi le type au turbo qui va plus vite que moi et mes palmes et qui est là pour faire s'évaporer l'eau tellement il a chaud.
La piscine de l'île Lacroix est toujours aussi sale, avec devant les casiers un mélange de poils, cheveux et autres éléments pas très clairs et je ne parle pas des vestiaires. Mais foin de critiques, ce fut bien agréable et je me suis posé une question après avoir bu la tasse. A ce propos, j'aime beaucoup cette expression et elle est plus poétique qu'en anglais: to get a mouthful of water. Bon, ma question:
Est-ce plus nocif de boire la tasse à la piscine ou à la mer?

  

mardi, février 26, 2008

Mode irlandaise

Rouen. Dublin. Les Uns et les Autres. Il serait peut-être judicieux pour ma part d'aller en cours ainsi. Cela éviterait tout problème, une fois passé le délicieux frisson de l'avant-gardisme.
Posted by Picasa

  

lundi, février 25, 2008

Merci Marion

Cela fait du bien de commencer la journée avec un sourire, à côté des présidents pitoyables, qu'ils soient de banques ou de la République et des vautours de la grande distribution.
Merci de rabattre la caquet au TIME, merci d'être là. Merci d'être aussi belle, merci de mettre un sourire sur mon visage embué de fatigue et d'autres choses.
Merci

  

dimanche, février 24, 2008

Funeste message
Rouen.La Bretagne. On rencontre quelqu'un bien souvent par une porte. Elle s'ouvre, et on la voit. On reçoit les nouvelles bien souvent par téléphone ou par un messager à la voix lourde ou légère.
Tout à l'heure, j'ai appris par ma soeur le décès de mon grand-oncle André, dit dédé. Il avait 80 ans et des vies comme on n'en aura plus. Résistant, mentant sur son âge, atteint de la Malaria en Indochine, décoré de la légion d'honneur, il était aussi grande gueule qu'attachant. Et il n'est plus là. De mes souvenirs d'enfant j'ai celui de son jardin qui était bien sur une vraie forêt pour moi et de ses framboises. Il aimait plaisanter, comme son frère et c'est à ce dernier que je pense, à savoir mon grand-père.
Enfant, nous avons tous une certaine impression d'immortalité et d'invincibilité. Tout comme le divorce peut sembler étrange à un petit dont les parents sont ensembles, le fait d'avoir mes quatre grands-parents a longtemps été pour moi quelque chose de normal. Je vais avoir 3- ans et ils sont encore là. Mais rien ne dure et ils déclinent. Mon grand père est le dernier de sa bande d'amis, le dernier de sa famille maintenant. "Nous sommes sur un rocher et l'eau ne cesse de monter" avait dit quelqu'un à l'enterrement de l'un de ses amis. Celà m'est revenu à l'esprit tout à l'heure en pensant à mon cher et tendre Papy et je sais que c'est qu'il pense en ce moment.
Allez, je retourne à mes copies qui soudainement me semblent encore plus futiles qu'avant.

  

samedi, février 23, 2008

Clap.
Rouen.Paris. Hollywood.
J'aime regarder les César (oui, sans "S"). La salle ne rit jamais, Claude Berri est bourré, Louise est beaucoup plus grande que Jean-Claude Van Damme, on entend la musique du Seigneur des Anneaux quand il y a un gagnant.
On y voit Edouard Baer, qui me rappelle que mes vacances ont été bien remplies. Et surtout, il ne fait pas bon y être président, femme de président ou ministre de la culture.
Ma révélation aura été Caterina Murino, on a une autre italienne que Monica Bellucci et on y retrouve ce que celà représente: une machine à rêve, et la notion de "physique d'actrice".
Toujours côté ciné, si vous avez FREE (et que ça marche), TMC est gratuit en ce moment et il n'y a que des films à Oscar ce moment. Donc la fin d'Autant en Emporte le vent me marque toujours autant. C'était à une époque de pionniers où l'on pensait que comme le film devait être le plus cher de tous les temps il se devait d'être le meilleur. Sinon, que Marion Cotillard est belle, mais ça, c'est Stating the obvious, constater l'évident.

Dublin.
Faisons continuer ces instants évanescents. Commençons donc par le commencement. C'est de Beauvais que l'on part et encore une organisation French Style. A savoir qu'il n'y a donc pas de queue bien définie donc tout le monde est dans le même panier. Il n'y a que deux agents des douanes et la file est tellement longue qu'en fait elle empêche l'entrée de personnes venant d'une voie d'accès.
Avec Ryan Air, on en a pour son argent, c'est à dire qu'on n'est pas déçu. Sensation étrange que d'entendre des bruits de pièces de monnaie dans l'avion et ça donne un peu l'impression qu'ils font constamment la quête, surtout quand ils vendent des jeux à gratter. Autre effet "colo" de Ryan Air: il n'y a pas de places attribuées, donc on s'installe où l'on veut et c'est un peu la cohue. Néanmoins, cette companie qui n'autorise 15 kg en soute (ET, ET, je suis passé avec 14,2!!!) est une bénédiction pour voyager sur un coup de tête.


  

vendredi, février 22, 2008

On émerge
Beauvais. Rouen.
Quatre jours sans président, quatre jours sans portables, sans mails, sans rien. Maintenant on tire les bagages, les photos et je vais mettre les plus significatives en ligne. Ce fut un beau voyage. Il fut calorique mais ça, ça faisait partie du deal. J'ai récupéré ce qu'il faut pour faire du Trifle et pour la Guinness, eh bien je n'ai pas si loin à faire. Il y a bien sur beaucoup à dire, à raconter et celà va prendre quelques jours, histoire que tout puisse rester encore un peu à flotter dans ma tête. Ensuite, eh bien, l'histoire commence!



Posted by Picasa

  

De retour!
Rouen.(more to come)

  

dimanche, février 17, 2008

Une valise (dernier message avant 4 jours)

Rouen. La valise devient un petit univers, l'extension du votre, l'espace d'un voyage. Demain je pars pour l'Irlande jusqu'à la fin de la semaine et le gris de Dublin me fera du bien et donc on prépare le tout. Bien sur, ça fait longtemps que je n'ai pas fait un voyage aussi court (je voulais la caser!) et c'est l'occasion pour moi de réfléchir au voyage en repassant, en prévoyant ce que j'emporte.Les Chaussures: mes converse noires venant de Casablanca, ayant foulées les USA, l'Australie. Valeur sure.Le souci c'est que ça va cailler et que je pars avec Ryan Air. Ryan, pour tout le bien qu'ils font n'autorise que 2 kgs de bagages en plus de votre manteau en gros, donc il faut jouer au plus près. Donc, j'achèterai là bas le nécessaire de toilette et j'ai préparé de la place pour quelques vêtements achetés là-bas et du thé.Autre détail sur les voyages c'est qu'il est de plus en plus difficile de vraiment être coupé de l'endroit que l'on quitte. Internet, les téléphones font que l'on a toujours quelques nouvelles. Alors je coupe tout et les seuls appareils électriques seront donc mes chargeurs de rasoir et mon Creative. Pas de DS, pas de PC. Juste un livre et un bloc note et bien sur mon appareil photo. C'est fou comme ce blog a changé ma perception des choses quand je me balade. Je sais aussi que l'absence de PC fera que je rédigerai moins et que donc il y aura plus de photos que de texte. Dans 12 heures je serais là-bas, j'aurais donc pour la première fois fouler le sol irlandais. Une carence de moins, une chose de plus à cocher sur ma longue liste. Le cool cat râlera encore un peu.See you in 4 days!!
Posted by Picasa

  

vendredi, février 15, 2008

Le souci
Rouen. Le souci de certaines crêperies, comme la "tarte tatin" c'est quand les serveurs ne mettent pas de déo. Vous êtes assis avec les aisselles en vue directe et c'est pas des plus agréables, surtout quand vos deux voisins continuent leurs non régimes avec crêpes aux pommes de terre et cornichons. C'est moins nocif que le tabac mais il faut prendre sur soi. Par contre tout aussi nocif est l'étrange colorant de la chantilly qui est donc rose...

  

mercredi, février 13, 2008

Bis
Vendée. La visite à mes grands parents s'achèvent. Ils ont l'air de plus en plus perdu et c'est triste à voir. Je me demande comment je serais. Ils m'expliquent que leur téléphone est impossible à "configurer" ("mais ça veut dire quoi ce mot???" m'a-t-elle dit), que l'anglais est partout et qu'ils ne comprennent rien. Leur banquier, qui n'est pourtant pas à la Société Générale, leur a pris 200 euros d'actions.
C'est un monde qui va vite, très vite. Quand je suis né, ils n'avaient des toilettes à la caserne (dans leur appartement) que parce mon grand-père était gradé. Sinon, le matin, les autres descendaient leur seau. Ma naissance a été annoncée au téléphone, par des amis qui l'avaient car la ligne n'arrivait pas à leur maison.
Strange World. Euh, pardon Mammie: Monde étrange.

Sinon, on en apprend tous les jours par Merriam-Webster Word of the day:

dégringolade • \day-gran-guh-LAHD\ • noun
: a rapid decline or deterioration (as in strength, position, or condition) : downfall

Example sentence:
The journalist's reputation never recovered from the dégringolade that ensued when it was discovered that he had plagiarized another's work.

Did you know?
If "dégringolade" looks French to you, you have a good eye. We lifted this noun directly from French, and even in English it is usually styled with an acute accent over the first "e," as in French. The French noun in turn comes from the verb "dégringoler" ("to tumble down"), which itself derives from the Middle French "desgringueler" (from "des-," meaning "down," and "gringueler," meaning "to tumble"). Although "dégringolade" retains the sense of a sudden tumble in English, it tends to be applied to more metaphorical situations -- a rapid fall from a higher position in society, for example. These days, "dégringolade" is fairly rare in American English. We rely far more heavily on its familiar synonym "downfall."

Pourrait-on le dédier à quelqu'un?


  

Nouvelles du front
Vendée. The Strike is over et les séries vont pouvoir reprendre. La vie est plus triste sans Michael Scott et j'ai hâte qu'il me revienne. Je fais partie de ces fans qui pensent qu'une série, un livre, un film ne sont écrits que pour eux. Mais non, ce n'est pas vivre avec des ornières, tout de suite.
Weather.com est impitoyable avec moi, le gris remplacera le bleu pour moi à Dublin dans quelques jours. La Guinness m'aidera à faire passer le tout. Qui plus est, c'est la première fois que je vais aller dans ce vert pays et j'en suis tout émoustillé, tout ça pour rajouter une destination sur Facebook. Je pourrais vous faire un compte-rendu plus détaillé du 11 au 19 avril car je vais donc y retourner, payé cette fois (je prends ça pour quelque chose d'acquis, je dois faire attention) et un accès internet je l'espère.
Un jour lointain quand je serais grand père, mon adorable femme fera surement comme ma grand mère à savoir 4 kilos de crêpes, tourtisseaux, autant de confiture, de roses des sables et devant le regard dubitatif de mon hypothétique petit-fils dira: tu n'as pas faim?
En attendant, comme toujours ici, le temps passe un peu plus lentement et ça fait du bien.
J'allais oublier cette dépêche: L'oligarque et opposant géorgien Badri Patarkatsichvili, 52 ans, accusé de tentative de coup d'Etat contre le président pro-occidental Mikheïl Saakachvili, est décédé mardi soir à Londres.
Loin de moi l'idée de critiquer les cultures mais je pense qu'il y a des pays qui ont des noms de famille plus faciles à porter que d'autres (et quand ils réservent au restaurant où appellent le médecin, ils doivent donner un pseudo...)

  

mardi, février 12, 2008

Aidons le cinéma
Vendée. Dernier film au Box office US, après une semaine, qui a amassé la modique somme de :

How to Rob a Bank First Take (IFC) $109 $109 1 1

  

lundi, février 11, 2008

La légende de Fiddler Vance


Vendée. C’est sous un beau ciel bleu que j’ai fait ces 4 kms en tant qu’accompagnateur (précisons-le). L’endroit est beau, inspire à la réflexion, à peine troublé par les injures qui fusent et amenées par le vent quand une balle rebelle se perd dans les arbres ou tombe dans l’eau. Je comprends ainsi la poésie mise en forme par Redford et moi qui souhaite juste changer de paysage, l’opération est réussie. Mes chaussures n’auront pas le même enthousiasme ni mes oreilles frigorifiées.
(Le titre de cette dernière image est: Mais où est cette putain de balle? )

  

Au revoir Chef Brody

Vendée. "Il nous faudrait un plus gros bateau". Roy Scheider est mort aujourd'hui.

  

dimanche, février 10, 2008

Ce soir, un drame
Orléans. Le restaurant "Le Viking". Je vous l'accorde, on peut s'étonner de voir un tel thème en France mais en tout cas, on mange bien et les crêpes chocolats sont vite massacrées. Impitoyablement.


Posted by Picasa

  

samedi, février 09, 2008

Photo

Les choses vont et viennent, si un pied est en haut l'autre doit aller en bas et parfois au petit matin, au détour d'une route, l'univers nous envoie des petits messages. Ce sont là ces cygnes qui se promènent et qui viennent vers vous car ils veulent du pain. Les ingrats me direz-vous, mais en même temps c'est plus facile pour prendre la photo de ces bords de Marne.
Tout va mieux,
sous un beau ciel bleu.
Posted by Picasa

  

vendredi, février 08, 2008

J'ai trouvé Mr Castang





Quelque part dans le 77, à Lagny sur Marne (et merci au Monsieur dans cet immeuble qui ne protège pas son réseau internet). Je reviens de La Cigale après avoir vu le spectacle d'Edouard Baer, Looking for Mr castang. J'ai ri, vibré, et j'ai pensé. pensé à ce que j'ai encoreà parcourir et que j'ai mon centre du monde à trouver. Ce feu d'artifice de mots et de rêves, de la magie du théâtre rendant hommage au cinéma a duré 2h30 d'un bonheur sans égal. J'en ai encore mal au ventre tant j'ai ri, mal aux mains tant j'ai applaudi. A manier ainsi le smots, les voyages les plus beaux et absurdes, je ne peux que m'incliner et me dire une seule chose: un jour je ferais pareil.
Mais ce n'est pas tout.
J'étais assis juste derrière Philippe Catherine qui prouve qu'on peut gagner de la thune et avoir un pull de clochard et j'ai surtout vu Anne Laure Balbir (Alka Balbir pour la pièce). Elle est cette sublime femme qui jouait Laetitia dans le Bureau, la route de l'Orient comme disait Gilles Triquet. Elle a la beauté des princesses de contes de fées, de celle qui font se lever des armées d'hommes transis pour elle. Elle commence la pièce en étant assise dans la salle et l'univers a fait que j'étais à 3 rangées d'elle. Elle est arrivée de face, dans le brouhaha excité du public avant le lever du rideau et mon coeur a raté un battement. Je n'en revenais pas. Je me disais "mais c'est ...elle".(Faussement) Timide et somptueuse, elle s'est assise, son voisin ignorant tout d'elle. Moi je la regardais en me disant qu'il fallait que lui parle. Elle jouait bien dedans, elle n'était pas une simple spectatrice comme le prouvait un programme. Alors devais-je lui parler? Etait-ce inconvenant? Que lui dire?
J'ai pris une inspiration et je l'ai hélée gentiment. Je lui ai finalement juste dit que je l'avais adoré dans le Bureau. Elle m'a souri (et là, on fond) avec une vraie joie (à mes yeux) en me remerciant du compliment, étant d'accord avec moi qu'il était bien dommage qu'une saison 2 n'ait pas pu être faite. Ca y est, je suis amoureux.

  

jeudi, février 07, 2008

On the road again
Rouen-Paris-Orléans-Vendée. Ce qui m'attend dans les prochains jours. La grande tournée en quelque sorte. Partir et revenir. Partir et oublier. Revenir et se rappeler.
Stay tuned

  

mercredi, février 06, 2008

Cloverfield

Extraordinaire. Un petit bijou.

  

La plainte
Rouen. Sotteville. Je vous le disais il y a quelque jours, j'ai eu un pneu crevé en partant tôt le matin. La joie de tout remonter et surtout, le lendemain, la joie d'aller faire changer le tout. On m'indique donc que je vais devoir en changer deux car ce modèle ne se fait plus. Résultat, 170 euros. Mais surtout il m'indique l'origine de la crevaison:Pas un clou mais visiblement deux coups de tournevis. Donc on résume, quelqu'un est rentré dans les parkings et par pure méchanceté/connerie (rayez une mention inutile si vous croyez en l'humanité) m'a soutiré 170 euros. Je vous passe les envies de justice expéditive, j'appelle le syndic qui découvre ainsi ce qui se passe dans la "forteresse de papier" et je pars donc porter plainte.
La police est donc une administration mais au contraire de la poste, on va éviter de râler quand on se rend compte qu'on attend 30 minutes et qu'on est tout seul dans l'entrée. Il nous faut ensuite 30 minutes de plus pour la plainte car l'imprimante ne marche pas, au désespoir amusé et résigné de l'inspecteur qui m'accueille.
Quand je ressors de là, mon papier à la main (en fait, mes 5 feuilles, bonjour le développement durable), j'ai juste l'impression d'avoir crié dans le vent et que mon petit papier va rejoindre un grand autel qui jamais ne brûlera.
Ainsi sont les chroniques de Fiddler: pas mal de bas en ce moment. But let's wait a little more, who knows...

  

lundi, février 04, 2008

images
Rouen. En sieste.


Camera cachée : tous immobiles dans la gare !





Et surtout le drive des Giants qui restera dans l'histoire, filmé des tribunes!:


  

Aie

Paris-Rouen-Misery. Chaque année la nuit blanche de ce premier week-end de février me fait dire "plus jamais à ça" mais chaque fois, je recommence.

Ce fut un grand match et j'ai eu la chance de le voir en VO car les commentaires de café du commerce des incompétents notoires de France 2, qui passent plus à dire qu'ils n'aiment ou pas une équipe, auraient été trop pour moi. Mais quel match, quelle émotion et quelle force, et que j'aime autant aimer ce sport.
Bien sur, être ivre de fatigue le lendemain, le cacher aux élèves mes pas maladroits, c'est une autre histoire...

  

dimanche, février 03, 2008

Quelques heures
Paris. On est donc à quelques heures du match. Dans mon prochain post, je vous parlerai de la plainte que je suis allé déposer et c'est du folklorique, assurément.
Mon pronostic: les Patriots par plus de 10 points.
Vers 4 heures du matin, je quitterai Paris pour revenir sur Rouen et j'aurais 45 minutes pour me préparer et repartir pour Misery. YOuhou!

  

vendredi, février 01, 2008

Il passe toujours vite ce mois de janvier
Rouen. C'est toujours cette impression quand je tourne ma page de calendrier et bien entendu le Superbowl pointe son nez, marquant pour moi un fin d'année également et surtout un peu plus de sommeil.
Sommeil: un voisin a juste percé deux trous à 8H30. Juste deux et c'est tout. En comparaison avec ma lampe luminothérapie qui possède le réveil avec les bruits d'oiseau, de la mer et de la nature. Je ne voulais pas de l'option perceuse mais je reconnais que c'est plus efficace: la perceuse n'a besoin que de 10 secondes pour faire son office.
Office: le bureau que l'on rejoint. Le mien c'est Misery à 45 minutes d'ici. J'ai beau commencé mon covoiturage (Save the Planet!) hier je partais vers 7h, l'esprit embrumé de ma courte nuit. Mon Fiddler Sense m'avertit alors que quelque chose ne va pas. Mon pneu avant droit est crevé.
Et me voilà donc par 1 degré à changer la perfide roue, à vider mon coffre (plein, évidemment sinon c'est pas assez drôle), les mains biens noircies. Arrivé sur place, 4 élèves m'attendent car on n'a pas fait le relais de mon retard malgré mes appels au lycée pour faire annoncer que j'étais en retard.
Retard: ce que je n'ai pas eu en me pointant au cinéma pour voir Cloverfield qui ne sort que la semaine prochaine...

En attendant ce mercredi, voici deux videos (à suivre) sur l'escroc de ces dames qui entre dans la légende. On sait qu'il n'a pas volé ses 5 milliards notre mégalomane breton mais comme il faut que l'histoire soit belle, on lui impute donc ce méfait. Kerviel, le nom sonne bien et finalement, dans ce monde bien étrange, son avenir semble tracé.
Mais au moins, il provoque la créativité:



SOCIETE GENIALE
envoyé par chezwat



SOCIETE GENIALE II
envoyé par chezwat